Le travail, c’est pénible ?

 

@tchompalov

Il y a 12 ans, je commençais ma carrière professionnelle dans un cabinet d’expertise pour les CHSCT, après 5 ans d’étude et 6 mois de chômage. J’étais ravie d’avoir enfin trouvé un poste de psychologue du travail / ergonome, certes, très mal payé (si si je vous assure), mais au sein d’un cabinet pluridisciplinaire, qui me permettrait d’apprendre le métier avec des collègues plus expérimentés et surtout, de voir de multiples situations de travail.

C’était tout à fait ce que je voulais.

Le métier dans un cabinet d’expertise CHSCT est, pour moi, le plus formateur, car, non seulement nous sommes face à de multiples secteurs et sujets, mais également, nous arrivons dans des conditions complexes, où le dialogue social et les interactions sont très tendues et les relations parfois complètement rompues.

Notre rôle est de remplir notre mission de donner un diagnostic et des pistes d’action pour agir, mais pas que. Notre rôle consiste aussi à rétablir le dialogue, à faire en sorte que la mission que nous allons mener soit utile au plus grand nombre, fasse bouger les lignes à plusieurs niveaux.

Par cette façon de visualiser et pratiquer ce métier, je me suis retrouvée très frustrée, après plusieurs années, de ne pouvoir aller plus loin dans l’accompagnement de l’entreprise, mais aussi des équipes et des salariés de façon individuelle. Car l’expertise est courte, très courte, on ne rencontre qu’une fois en entretien les salariés, et après la présentation du diagnostic et des pistes d’action, notre rôle s’achève.

J’ai alors commencé une formation certifiante de coach professionnel.

Et ce fût la première étape à mon changement de vie (professionnel et personnel).

Cette formation a été éprouvante à plein de niveaux.

Déjà, elle me demandait beaucoup de temps (de présence, d’apprentissage, de travaux supplémentaires à la maison), car je la réalisais en plus de mon CDI à temps plein. Mais aussi, elle a fait bouger MES lignes, m’a fait prendre conscience de mes valeurs, de mes besoins, de mes croyances limitantes et aidantes, bref, de qui j’étais vraiment, tout au fond de moi et de ce que je voulais obtenir. Et enfin, et c’est le plus formidable, lors de cette formation, je suis tombée enceinte et je me rappelle ce grand moment de solitude, lorsque j’ai dû faire ma présentation devant le jury avec des nausées épouvantables…

Ce fut donc le début de 2 grandes aventures : professionnelles et personnelles !

J’ai attendu ensuite quelques années, car je ne me sentais pas prête à sauter le pas. J’utilisais mes nouvelles compétences au quotidien dans mon travail, et je réalisais des coachings pour des particuliers en plus de mon boulot.

Ca a duré un temps comme ça, assez frustrant, mais le moment n’était pas propice, je le sentais au fond de moi, je n’étais pas prête.

J’ai eu la chance d’avoir un second enfant et c’est à ce moment que je me suis sentie prête !

J’ai donc abandonné – abandonné est bien le mot car j’ai démissionné – mon CDI et tout le confort qui allait avec : le salaire, la sécurité de l’emploi, le savoir-faire (oui je commençais à bien connaître le boulot après 10 ans !), les horaires flexibles, le travail à domicile, des collègues que j’appréciais, une reconnaissance de mes compétences en interne, … Bref, une très belle zone de confort ! … Pour me lancer à mon compte !

Ça a été la meilleure décision de toute ma vie.

Je peux enfin mener des missions en entreprise qui font sens pour moi, que je choisis, que je réalise comme il me semble important et efficace de le faire, tout en conservant les valeurs qui sont les miennes. Et surtout, je travaille avec des collègues que je choisis aussi (et on sait à quel point c’est important), et fais différents types d’interventions : des diagnostics sur les risques, toujours, mais aussi des accompagnements collectifs (ateliers, groupes d’expression groupes d’échanges de pratiques, co-développement, coaching, …) et individuels (cellule d’écoute et/ou coaching). J’accompagne vraiment !

Je peux enfin suivre aussi des particuliers, en ayant un métier à part entière, un cabinet, une plaque et une prise de rdv sur Doctolib ! Tout ce dont j’ai toujours rêvé : accompagner les personnes qui en ont besoin pour les aider à plus d’épanouissement. 

J’agis sur le professionnel et le personnel et c’est très bien comme ça.

Depuis, je me suis formée à tellement d’autres choses qui me permettent d’être encore plus outillée, compétente et épanouie dans mon travail : la thérapie brève, conjugale et familiale, le deuil périnatal, le harcèlement scolaire, la maternologie, la traumatologie, et tout cela est loin d’être achevé !

Je pratique mes deux métiers comme je le sens, avec mon savoir-faire, mon savoir être et mes valeurs. Mais surtout et pour toujours, avec grande passion !

Alors non, le travail n’est pas forcément pénible.

@whitfieldjordan

Il peut devenir un formidable moyen de s’épanouir et d’être heureux !

Être heureux au travail, elle n’a pas toute sa tête celle-là me direz-vous !

Non, pas folle, juste en équilibre avec moi-même 😉

Stéphanie VERSEPUY

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *