Donner la vie

Donner la vie.
 
 
Cela prend tout son sens lorsque l’on supporte les maux de la grossesse, lorsque l’on supporte de ne plus être maître de son corps, lorsque l’on supporte les douleurs liés à l’accouchement mais surtout lorsque l’on ne pense qu’à lui, ce bébé qui va venir au monde, même dans la pire des souffrances, on pense déjà à son bien-être.
 
Et voilà ce petit être à qui nous donnons la vie, qui pousse son premier cri, prend son premier souffle. Nous lui donnons aussi la vie à travers la nôtre car, en effet, nous lui donnons un peu de notre vie, notre vie d’individu, de femme et maintenant de mère, car cette vie que nous avions avant lui, ne sera plus jamais la même.
 
Lorsque l’on devient maman, on donne un peu de soi et ce, jusqu’à la fin de notre vie.
 
Devenir maman n’est pas chose simple, toutes les mamans qui me liront en conviendront.
 
Nous connaissons une fatigue sans précédent, physique et psychologique, nous pouvons avoir des moments de profonds désespoirs, avoir le sentiment que nous ne nous en sortirons pas, se demander même si nous sommes faites pour ça, si nous ne nous sommes pas trompées.
 
Car oui, être parent ça s’apprend, tous les jours, tous les ans et pour toujours.
 
On apprend à connaître son enfant, à partager avec lui des moments de vie, à lui transmettre nos valeurs, ce qui est important pour nous et à comprendre ce qui l’est pour lui.
 
Pour toutes les nouvelles mamans, à toutes celles à qui on dit « ne t’inquiète pas, il y a l’instinct maternel », ne les écoutez pas, ne les croyez pas.
 
Vous apprendrez, comme toute mère, à connaître votre enfant, à décoder ses envies, ses besoins, ses souffrances et ses doutes.
 
Cela ne vous viendra pas comme par magie, parce que vous êtes devenues mères. Mais vous aurez cette furieuse envie, profonde, de rendre votre enfant heureux.
 
Alors, soyez prête à accepter d’être soucieuse de son bien-être jusqu’à la fin de vos jours.
 
Vous aurez, durant toute votre vie, cette requête implicite à honorer, ce qui vous mènera surement à des moments de doutes et de grandes inquiétudes « Va-t-il bien ? Ai-je bien réagi ? Que puis-je faire de plus ou de différent ? ».
 
Ne perdez plus une minute, ne passez pas votre vie à vous demander si vous faites bien les choses, si vous êtes une bonne mère, car vous l’êtes, n’en doutez pas.
 
Je parlais de moments de profonds désespoirs, mais ces moment-là ne sont rien en comparaison à tous ces moments de joie quand vous êtes en famille, de fierté quand votre enfant est, par exemple, généreux ou tout simplement a le courage d’être lui-même, de réussite quand vous voyez vos enfants rire, de gratitude quand vous observez votre vie avec du recul.
 
Alors, faites de votre mieux, n’écoutez pas les autres vous dire comment faire, faites-vous confiance, prenez soin de vous pour mieux prendre soin de lui et profitez de la vie avec les vôtres comme bon vous semble car cette vie si précieuse passe tellement vite…
 
Stéphanie VERSEPUY
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *